Gallery

Description

Né à: Euskadi
Âge: 59
Progéniture: 1
État civil: Marié
Emploi: Inspecteur Chef de la police à Saint Sébastien
Date de l'attentat: 02/08/1968
Lieu de l'attaque: Irun
Arme: Pistolet
Assassiné par: ETA

Description

Le 2 août 1968 l’ETA assassina Melitón Manzanas González à Irun, Guipúzcoa. La victime était l’inspecteur en chef de la Brigade d’enquête sociale, la police secrète du dictateur Francisco Franco dont la mission était de persécuter les opposants. Melitón Mazanas avait de fait été accusé par des membres de l’opposition au franquisme d’être coupable de mauvais traitements et de tortures infligés aux personnes arrêtées.

Ce fut le premier assassinat prémédité du groupe terroriste. Il se produisit presque deux mois après que le terroriste Txabi Etxebarrieta ait assassiné l’agent de la Guardia Civil José Antonio Pardines Arcay. Ce jour-là, Etxebarrieta et son collègue Iñaki Sarasketa se rendaient à Saint Sébastien précisément pour préparer l’assassinat de Melitón Manzanas, mais Pardines arrêta les terroristes à un contrôle routier. Etxebarrieta l’assassina, ce qui fait de lui la première victime de l’ETA. Melitón Manzanas est la deuxième victime du groupe terroriste, la première basque.

Après la mort du terroriste Etxebarrieta dans un affrontement avec la Guardia Civil quelques heures après l’assassinat de Pardines, le Biltza Tzipia de l’ETA, ou Comité Central, décida de poursuivre les projets d’assassinat de Manzanas ainsi que celui du policier qui exerçait les même fonctions en Biscaye, mais ce dernier attentat ne fut jamais perpétré.

L’ETA appela « Opération Sagarra » l’assassinat de l’inspecteur Melitón Manzanas [Sagarra: pomme en basque, Manzanas: pommes en espagnol] Vers 15h30 le 2 août 1968, juste au moment où Melitón Manzanas venait de rentrer chez lui, le terroriste Xabier Izko lui tira une balle dans le dos et le tua sur le coup en présence de sa femme et de sa fille ; il l’avait attendu dans un sous-sol de son domicile. La Police trouva sur les lieux sept douilles et quatre projectiles de calibre 7,65 mm. Il y avait un impact dans la porte et deux dans le mur. Le rapport d’expertise révéla que le corps présentait cinq blessures par balles, dont trois dans la tête. Il était mort sur le coup.

Presse