Gallery

Description

Né à: Santa cruz de Tenerife
Âge: 32
Progéniture: 2
État civil: Marié
Emploi: Police Nationale
Date de l'attentat: 18/11/1990
Lieu de l'attaque: Santurtzi
Arme: Bombe ventouse
Assassiné par: ETA

Description

José Francisco Hernández Herrera avait rejoint la police nationale espagnole en 1981. Il a été assassiné par l’ETA neuf ans plus tard, alors qu’il avait 32 ans, était marié et avait deux enfants, âgés de 12 et 8 ans. Il avait neuf frères et sœurs. Sa famille a appris son assassinat par le journal télévisé de midi.
Une de ses sœurs, Ángeles, était dans la cuisine quand elle a entendu le journaliste donner la nouvelle du meurtre de son frère. « Il était deux heures de l’après-midi », se souvient-elle. « C’est l’information qui a ouvert le journal télévisé. Je ne me souviens pas de ce que j’ai fait. Ma mère est venue en courant. Elle habitait à côté. Elle a entendu dire que quelque chose s’était passé, mais elle ne savait pas quoi. Papa était au bar. Nous avons envoyé ma fille pour lui dire de venir » (Journal « La Opinión de Tenerife » 20/01/2011).

Plus de cent personnes se sont rendues à l’aéroport de Los Rodeos pour recevoir le cercueil contenant la dépouille mortelle de José Francisco, la neuvième victime canarienne du terrorisme de l’ETA qui a été enterré dans le cimetière de Tejina. La famille de José Francisco reconnaît s’être sentie entourée, mais seulement dans sa ville natale où la plupart des membres de la famille vivent encore. De plus, l’un des trophées du tournoi de l’équipe de San Marcos du sport vernaculaire porte son nom, et un portrait de lui est affiché au siège du club. La municipalité de son village a également donné son nom à une rue.

Le meurtre de José Francisco Hernández Herrera reste impuni. Il s’agit de l’un des plus de 300 crimes non résolus de l’ETA.