Gallery

Description

Né à: Santa cruz de Tenerife
Âge: 32
Progéniture: 2
État civil: Marié
Emploi: Police Nationale
Date de l'attentat: 18/11/1990
Lieu de l'attaque: Santurtzi
Arme: Bombe ventouse
Assassiné par: ETA

Description

José Francisco Hernández Herrera avait rejoint la police nationale espagnole en 1981 et fut assassiné par l’ETA neuf ans plus tard. Deux groupes de la Police Nationale revenaient de travailler au terrain de foot de Santurce lorsqu’un camion piégé garé sur le trottoir et chargé de cent kilos d’ammonal et de deux cents de mitraille fut activé à distance ; l’onde de choc atteignit le deuxième véhicule du convoi dans lequel se trouvaient José Francisco Hernández Herrera et Daniel López Tirzón, qui moururent sur le coup. Isidro Villalibre Torrada et Antonio Suárez Bujía furent également grièvement blessés.

Sa famille apprit son assassinat par le journal télévisé de midi. Une de ses sœurs, Ángeles, était dans la cuisine quand elle entendit le journaliste donner la nouvelle du meurtre de son frère. « Il était deux heures de l’après-midi », se souvient-elle. « C’est l’information qui a ouvert le journal télévisé. Je ne me souviens pas de ce que j’ai fait. Ma mère est venue en courant. Elle habitait à côté. Elle a entendu dire que quelque chose s’était passé, mais elle ne savait pas quoi. Papa était au bar. Nous avons envoyé ma fille pour lui dire de venir » (Journal « La Opinión de Tenerife » 20/01/2011).

Plus de cent personnes se rendirent à l’aéroport de Los Rodeos pour recevoir le cercueil contenant la dépouille mortelle de José Francisco, la neuvième victime canarienne du terrorisme de l’ETA, qui fut enterrée dans le cimetière de Tejina. La famille de José Francisco admet s’être sentie entourée, mais seulement dans sa ville natale, où la plupart des membres de la famille vivent encore. De plus, l’un des trophées du tournoi de l’équipe de San Marcos du sport vernaculaire porte son nom, et le club où il se déroule a un portrait de lui à son siège. La mairie de son village a par ailleurs donné son nom à une rue.

Presse